Sur la "masterisation" du recrutement des enseignants

Cy Twombly - cycles and seasons

Le projet de réforme du recrutement des enseignants - la "masterisation" - mérite qu'on s'y intéresse de très près, car il est évident que tout ce qui touche à la formation des enseignants eux-mêmes est de la plus haute importance pour l'ensemble du système et des acteurs scolaires. Et, tout porte à croire que le projet actuel - à moitié suspendu pour l'instant - va bien dans le sens d'une dégradation de la qualité de cette formation.

Nathalie Bulle a publié ici-même "La phobie de l'échec scolaire", où elle montre que la "professionnalisation" annoncée cache en réalité une baisse de la durée et du niveau de formation des maîtres, en particulier sur le plan académique. Il faut ajouter que de son côté, la suppression prévue de l'année de stage rémunérée n'apparaît guère en mesure d'améliorer la formation pratique des futurs enseignants... Au total, ce qui est présenté comme un effort de professionnalisation se revèle en fait une perte nette de formation tant pratique qu'académique.

Pour connaître un peu mieux les contours de ce projet de réforme, vous pouvez lire le Communiqué de presse du M.E.N. du 15/01/09 et ce document qui présente les nouveaux concours de recrutement envisagés.

La Société mathématique de France propose une synthèse très claire des principales objections adressées à l'égard de ce projet de réforme : La « mastérisation » pour les nuls

Je voulais aussi vous signaler la pétition lancée à l'initiative de la même Société mathématique de France, et qui demande à X. Darcos un report véritable de la réforme jusqu'en 2010.

Sur le même site, vous trouverez enfin une page intéressante et utile sous la forme d'un historique de la réforme et des prises de position de la SMF à son propos.

 

Ajout (26/05/09)

Pour lire un point de vue sensiblement différent et à certains égards opposé sur la question de la "professionnalisation" des enseignants et ce projet de réforme, je vous conseille la lecture de l'intéressant article d'Alain Beitone, professeur de SES et formateur IUFM, disponible ici.

 

JG.

Commentaires

nouvelle épreuve d'"éthique"

Bonjour,

Non seulement le jeune enseignant ne sera plus "formé" mais il devra au cours d'une "nouvelle épreuve" montrer qu'il saura «Agir en fonctionnaire de l'Etat et de façon éthique et responsable» (décret 2006, ci-dessous).

http://www.mediapart.fr/journal/france/110510/une-no...

Que penser de la situation où un Etat démocratique cherche à "évaluer" l'"Ethique" de ses fonctionnaires à recruter alors que la question même du respect d'une Ethique par l'Etat peut parfois se poser, la démocratie n'étant pas parfaite ?

SB

---------------------------------------------------------
PS: texte intégral : La compétence «Agir en fonctionnaire de l'Etat et de façon éthique et responsable» définie par l'arrêté du 19 décembre 2006

«Tout professeur contribue à la formation sociale et civique des élèves. En tant qu'agent de l'Etat, il fait preuve de conscience professionnelle et suit des principes déontologiques : il respecte et fait respecter la personne de chaque élève, il est attentif au projet de chacun ; il respecte et fait respecter la liberté d'opinion ; il est attentif à développer une attitude d'objectivité ; il connaît et fait respecter les principes de la laïcité, notamment la neutralité ; il veille à la confidentialité de certaines informations concernant les élèves et leurs familles.

Il exerce sa liberté et sa responsabilité pédagogique dans le cadre des obligations réglementaires et des textes officiels ; il connaît les droits des fonctionnaires et en respecte les devoirs.

L'éthique et la responsabilité du professeur fondent son exemplarité et son autorité dans la classe et dans l'établissement.

Connaissances

Le professeur connaît :

- les valeurs de la République et les textes qui les fondent :

liberté, égalité, fraternité ; laïcité ; refus de toutes les discriminations ; mixité ; égalité entre les hommes et les femmes ;

- les institutions (Etat et collectivités territoriales) qui définissent et mettent en oeuvre la politique éducative de la nation ;

- les mécanismes économiques et les règles qui organisent le monde du travail et de l'entreprise ;

- la politique éducative de la France, les grands traits de son histoire et ses enjeux actuels (stratégiques, politiques, économiques, sociaux) en comparaison avec d'autres pays européens ;

- les grands principes du droit de la fonction publique et le code de l'éducation : les lois et textes réglementaires en relation avec la profession exercée, les textes relatifs à la sécurité des élèves (obligations de surveillance par exemple) et à la sûreté (obligation de signalement par exemple) ;

- le système éducatif, ses acteurs et les dispositifs spécifiques (éducation prioritaire, etc.) ;

- la convention internationale des droits de l'enfant ;

- ses droits et recours face à une situation de menace ou de violence ;

- l'organisation administrative et budgétaire des écoles et des établissements publics locaux d'enseignement ;

- les règles de fonctionnement de l'école ou de l'établissement (règlement intérieur, aspects budgétaires et juridiques) ;

- les caractéristiques et les indicateurs de l'école ou de l'établissement d'exercice ;

- le projet de l'école ou de l'établissement d'exercice ;

- le rôle des différents conseils (conseil d'école, conseil des maîtres, conseil de cycle, d'une part, conseil d'administration, conseil pédagogique, conseil de classe, conseil de discipline, d'autre part).

Capacités

Le professeur est capable :

- d'utiliser ses connaissances sur l'évolution et le fonctionnement du service public d'éducation nationale pour recourir aux ressources offertes ;

- de se situer dans la hiérarchie de l'institution scolaire ;

- de participer à la vie de l'école ou de l'établissement ;

- de repérer les signes traduisant des difficultés spécifiques des élèves dans le domaine de la santé, des comportements à risques, de la grande pauvreté ou de la maltraitance ;

- de contribuer, en coopérant avec des partenaires internes ou externes à l'institution, à la résolution des difficultés spécifiques des élèves ;

- de se faire respecter et d'utiliser la sanction avec discernement et dans le respect du droit.

Attitudes

Agir de façon éthique et responsable conduit le professeur :

- à faire comprendre et partager les valeurs de la République ;

- à intégrer, dans l'exercice de sa fonction, ses connaissances sur les institutions, sur l'Etat (son organisation et son budget), sur ses devoirs de fonctionnaire ;

- à respecter dans sa pratique quotidienne les règles de déontologie liées à l'exercice du métier de professeur dans le cadre du service public d'éducation nationale ;

- à respecter les élèves et leurs parents ;

- à respecter et faire respecter le règlement intérieur, les chartes d'usage des ressources et des espaces communs ;

- à collaborer à la réalisation d'actions de partenariat engagées entre l'établissement et son environnement économique, social et culturel ;

- à prendre en compte la dimension civique de son enseignement.»