Pétition : Halte au marchandage des exercices scolaires !

A l'occasion de la sortie en fanfare du site "faismesdevoirs.com" - puis sa fermeture subite... -, nous avons décidé de lancer une pétition pour demander aux pouvoirs publics de se pencher sérieusement sur la question des sites de vente de  corrigés en ligne, et, au delà, sur les problèmes touchant au "marché" de l'éducation.

cliquez ici pour lire et signer la pétition ! 

Commentaires

Petition signée- merci

Pour la pétition que je viens de signer.

Contre l'industrialisation du marché de la triche !

Julie - webmaster  reserve d'argent

 

 

 

corrigés payants...

Il n'y a pas qu'en ligne...

Il faudrait commencer par interdire aux professeurs de l'enseignement public,sous

peine de sanctions sévères,de donner des leçons payantes à leurs propres élèves

Rétraction

 Bonjour,

Les personnes à l'initiative de ce projet se sont rétractées. Tout à coup, ils se seraient rendus compte que le site allait à l'encontre de leurs "valeurs". Je serais éminemment intéressé par la narration des étapes de ce revirement.

Un "artiste contemporain" aurait tout à fait pu envisager de monter 
de toute pièce ce dispositif pour alerter les personnes de la 
marchandisation mortifère des savoirs et des pratiques par les 
sociétés de service, ainsi que pour jauger des capacités de 
réactions de la part des citoyens.

Auriez-vous, s'il vous plait, quelque information à ce sujet?
Cordialement


 

 

Contre la pétition

Bonjour,

Vous préconisez de stopper cette activité alors dans ce cas, il faudrait aussi arrêter tous les organismes de soutien scolaire qui envoient des profs à domicile pour trouver les solutions de leurs devoirs. Il faudrait aussi interdire tous les forums gratuits (qui vivent de contreparties publicitaires) qui font aussi de l'aide aux devoirs.

Votre démarche n'est pas réaliste. N'oubliez pas que la triche a toujours existé ; la différence avec maintenant, c'est qu'elle s'est professionnalisée.

 

contre la pétition - suite

Bonjour,

Vous nous avez mal lus : la pétition énonce explicitement qu'il ne s'agit pas pour nous d'interdire ce genre de sites, mais de pouvoir faire le tri entre eux, et de réfléchir à un cadre réglementaire pour éviter certains abus manifestes.

D'autre part, nous souhaitons aussi que l'EN réfléchisse aussi à ce qu'elle pourrait proposer d'elle-même (ou via un "label") en matière de soutien scolaire en ligne.

cordialement,

JG.

Sur le soutien en ligne...

Bonjour,

Quand vous voyez qu'un jeune de lycée, ayant pris 2 options, se retrouve avec des horaires dignes d'un chef d'entreprise (8h-18h), n'est-il pas tenté de trouver une correction afin de ne pas passer sa soirée sur son bureau?

Peut-être faudrait-il d'abord faire une pétition contre la mauvaise répartition des vacances : si on les met bout à bout, cela fait 5 mois et demi de congés. Il serait souhaitable qu'ils aient moins de vacances et une meilleure répartition en journée ouvrable.

De plus, actuellement plusieurs sites internet (Acadomia, Portailprofs, Profexpress, etc...) proposent des cours (payants) en live par Webcam où des répétiteurs font en direct les corrigés des étudiants; pourriez vous me préciser la différence avec faismesdevoirs.com ?

Je trouve vraiment curieux que tout le monde se réveille seulement maintenant.

Au plaisir de vous lire,

Laurent

 

sur le soutien en ligne - suite

bonjour,

je suis entièrement d'accord avec vous pour souhaiter une meilleure répartition des heures de cours et de travail sur l'année, mais c'est une autre affaire... 

Quant aux sites de "soutien" scolaire, tout le problème est justement d'arriver à établir des critères un peu fiables pour distinguer et hiérarchiser ces différents sites : quelques critères légaux - notamment sur le paiement, la publicité ou l recrutement des intervenants - et une procédure de labelisation par ex. permettraient sans doute d'y voir déjà un peu plus clair. Le lancement de faismesdevoirs.com n'a été pour nous qu'un prétexte pour attirer l'attention sur ces problèmes généraux que pose le développement peu contrôlé du marché de l'éducation en ligne.

Et bien sûr, cela ne doit pas non plus interdire aux enseignants de réfléchir aussi à leur pratique des "devoirs" en général (rythme, modalités, contenu, etc.), bien au contraire.

cordialement,

JG.

Démocratie et Education

Si on commence à interdire les choses légales, on devra faire très attention aux limites du permis. Je m'explique. Prenez l'exemple des forums d'entraides qui se vantent d'être gratuits; certes... mais si on regarde de près on constate qu'ils gagnent leur vie en diffusant des publicités pour Google et en se faisant rémunéré de la sorte. Alors on peut aussi condamner ce type de site. Quand des profs de l'Education nationale organise des stages "intensifs" au sein de leur établissement pendant les vacances scolaires et bien entendu "non déclarés"; cela ne dérange personne et le corps enseignant n'a pas envie d'en parler pour ne pas trop ébruiter ce phénomène. Mais quand deux petits jeunes lancent un nouveau projet alors tout le monde se jette sur ce bouc émissaire. Quand on s'insurge autant le faire sur tout ce qui mérite de l'être.

 

Mais il y a une différence

Mais il y a une différence fondamentale entre soutien scolaire (ce que font les profs pendant les vacances ou non, d'ailleurs) et solutions aux exercices. Comme d'aider à savoir comment cultiver son jardin ou d'apporter un sac de patates !

soutien

Le soutien scolaire doit être réservé à des profs privés et non à ceux enseignants. Question de morale, mais aussi de partage (ça se rejoint).

René, de http://www.rachat2pret.com/

 

 

Ressemblance...

Bonjour,

Pour dispenser régulièrement des cours particuliers en Maths, je peux vous assurer, que ce qui compte pour certains élèves, c'est d'avoir la correction à leur devoir. Une fois, j'ai refusé par déontologie de traiter un devoir à rendre sur feuille et lui ai proposé de faire des exercices similaires; et bien l'élève n'est plus revenu et la mère m'a évoqué la raison : elle cherchait une personne pour faire les devoirs afin de lui remonter sa moyenne. Je pense très sincèrement que d'ici peu la plupart des organismes vont proposer des corrections personnalisées en ligne. Déjà, certains s'y sont mis via des correction en live (par webcam), et personne ne semble être dérangé.

Je pense aussi que lancer une loi pour supprimer les devoirs maison, fera le bonheur des grands groupes de soutien scolaire qui eux en donneront contre rémunération. Très objectivement, je ne vois pas de solution à ce problème. Internet en très peu de temps a révolutionné la façon de travailler; prenez l'exemple des encyclopédies (support papier), qui de nos jours quitte son ordinateur pour aller les consulter?

Avec du recul ce qui ressort de cette affaire "faismesdevoirs" c'est l'impacte que peut avoir les médias sur une population. J'ai pu comprendre la notion de "buzz marketing". Ce service existait déjà depuis plusieurs années (j'ai recensé 13 sites actifs en ce moment), mais cela n'a choqué personne car ils n'avaient jamais fait la une des JT.

Au plaisir de vous lire,

courrier du 13/03/09

 Ce prof de maths ferait bien quant à lui de prendre des cours de français et d'orthographe...

Au delà de cette "pique", bravo pour votre site et les nombreuses réactions qu'il suscite. Bien des propositions méritent d'être approfondies et on peut espérer que de nombreux enseignants feront l'effort de s'en inspirer.

Merci pour la longue réflexion de J. Gautier.

C.Laurent

Qu'est ce que le "soutien" scolaire ?

Le soutien scolaire, ou préceptorat individualisé, existe depuis l'antiquité : les premières formes connues de transmission du savoir philosophique, par exemple, furent la maïeutique socratique. Le Théétète de Platon en est l'une des plus belles illustrations de la valeur de la conversation pour la transmission du savoir ; il est composé sous la forme d'un dialogue de théâtre et traite de l'épistémologie. Pierre Larousse fut répétiteur avant de composer le premier dictionnaire encyclopédique du XIX ème siècle. Peut-être avez-vous lu "Le rouge et le noir" de Stendhal... Plus récemment les aides scolaires de toutes sortes ont existé et existent de manière officieuse (petites annonces diverses pour des pratiques non déclarées, et non répréhensibles). S'en prendre au soutien scolaire marchand risque de développer les pratiques officieuses. La savoir n'est pas seulement la propriété des enseignants, il y a aussi d'autres intervenants, par exemple les éditeurs. Le besoin d'aide individualisé résulte du fait que le système éducatif ne peut pas intégrer certains cas particuliers parfois difficiles à résoudre. Je n'ai pas beaucoup d'expérience en ce domaine mais celle-ci se résume à des élèves accidentés, très gravement malades, à des victimes de problèmes familiaux sérieux, ou encore des absence d'enseignants. Les formes de pédagogie individualisées devraient s'intégrer un peu plus dans le système éducatif, mais il est toujours question de moyens avant de fixer des objectifs dans l'enseignement, surtout public. Dans l'enseignement privé sous contrat d'association, le problème était jusqu'à une époque récente différent avec l'APP ou aide pédagogique personnalisée, possibilité offerte à tous les élèves sous la forme de deux heures de cours libres. Je ne parle pas des expérience de parcours à la carte de certains établissements (privés), dont les résultats au baccalauréat sont très bons. Les cours de soutien scolaire ne sont parfois pas possible pour des raisons pratiques (distance du domicile), mais aussi psychologique (refus des élèves malgré la bonne volonté des parents). Avant de décrier tel ou tel abus, il faudrait catégoriser les problèmes et faire preuve d'une certaine humanité. Croyez bien que donner des cours particuliers à d'excellents élèves n'arrive pratiquement jamais, ils n'en ont pas besoin pour briller en classe. Contribuer à une sorte de "ticherie" officiellement admise et valorisée par l'Etat dans le cadre de la promotion des services à la personne (autrement dit de la domesticité, ni plus, ni moins) n'est parfois pas très gratifiant pour qui a été dans son passé plutôt docile sur le plan scolaire. Dans certains cas, on se réjouit lorsqu'un élève vous déclare qu'il va essayer de faire honneur à vos quelques heures "d'aides", et qu'il obtient une mention au bac, ou presque. On a l'impression d'avoir été alors utile. Dans d'autres, on regrette de s'être prêté au jeu de parents qui veulent le plus souvent se donner bonne conscience d'avoir "fait leur devoir" pour leurs enfants, sans espérer grand résultat. Mais qui saurait les en blâmer ? L'homme moderne est un autodidacte aidé, avais-je eu comme sujet de philosophie au bac, autrefois...

Quelques fautes d'orthographe...

...sont dans le message ci-dessus, et je n'ai pas le temps de m'éterniser à les corriger. J'en ai compté en moyenne dix par page dans les copies des élèves littéraires que j'ai aidés, et qui ont obtenu leur bac, bien sûr.