ESPE

L’éducation et l’école au cœur de la campagne présidentielle ?, par Pierre Statius

En partant du livre que Jean-Michel Blanquer consacre à la réforme nécessaire de l’école, nous avons explicité et présenté les principes qui doivent guider cette réforme. Ce sera le travail du prochain président de la République que de substituer, aux simples ajustements techniques, un projet d’envergure qui permettra de recomposer l’école de la république.

Former des maîtres ? Une question philosophique et politique, par Pierre Statius

La formation des maîtres n’est pas prioritairement une question d’institution, ni même d’ailleurs une question de diplôme. Il faut en effet, pour apprécier la complexité de la tâche proposée, remonter très en amont, vers l’anthropologie, la politique et l’histoire. Il conviendra ensuite de revenir sur la période des écoles normales et sur leur déclin, pour envisager, à la fin de ce parcours, la situation actuelle de la formation des maîtres ainsi que les erreurs commises.

Questions ouvertes pour l'école du XXIe siècle - Formation des maîtres : mission impossible ?

Enregistrement de la quatrième séance (6/06/15) du cycle de rencontres intitulé Questions ouvertes pour l'école du XXIe siècle, organisé par le Centre de Philosophie Contemporaine de la Sorbonne (CEPA), l'Ecole Supérieure du Professorat et de l'Education de Paris et la revue Skhole.fr.

Intervenants : Eric Dubreucq, François Louveaux, Pierre Statius, Patrick Ghrenassia, Emmanuel Brassat, Denis Kambouchner.

Propositions pour une réforme de la formation des enseignants, par Pierre Statius

L'auteur reprend les conclusions de son article précédent sur skhole.fr puis il illustre ce qu'il estime être la faillite structurelle des ESPE. Dans un deuxième moment, Pierre Statius passe de la critique à la proposition en se demandant ce que pourrait être une authentique réforme de la formation des enseignants. Il opte finalement pour le modèle de l'école professionnelle, après avoir constaté l'échec de l'école universitaire, et fonde son analyse sur l'exemple de l'Ecole Nationale de la Magistrature. Enfin, dans un troisième moment, l'auteur considère les politiques universitaires menées en France depuis une dizaine d'année et appelle à la méfiance. Il propose notamment que l'on distingue avec soin l'enseignement supérieur et l'université.

Retour critique sur les ESPE et sur leur création en septembre 2013 : Républicaniser la formation des maîtres ?, par Pierre Statius

J’ai été directeur de l’IUFM de Franche-Comté de février 2009 à septembre 2013 et vice-président de la conférence des directeurs d’IUFM de 2010 à 2013. A ce titre, j’ai été un acteur dans les réformes de la formation des maîtres qui ont couru de 2007 à 2013. Après une période de silence, je souhaite aujourd’hui reprendre la parole afin d’une part de revenir sur quelques éléments de l’histoire récente et d’autre part de proposer une analyse d’une réforme  qui, à mes yeux, demeure une réforme ratée et une occasion manquée une nouvelle fois

Dossier ESPE

La réforme de la formation des maîtres, qui a abouti en 2013 à la mise en place des "Écoles supérieures du professorat et de l'éducation" (ESPE) apparaît d'ores et déjà à beaucoup comme une occasion ratée. Ce dossier propose un ensemble d'articles qui pointent les principaux problèmes rencontrés par ces nouvelles ESPE et s'efforcent d'en comprendre les raisons.

ESPÉ : l'occasion manquée d'une réforme, par Eric Dubreucq

La réforme Peillon qui a instauré les ESPE a maintenant un an. Bien qu'il soit encore trop tôt pour en faire le bilan, il est possible d'en examiner les dysfonctionnements structurels: tant du point de vue de la valeur du diplôme que de ceux des recherches, de la formation professionnelle délivrée, voire de la cohérence des enseignements délivrés, on peut en effet observer les mêmes difficultés que celles que l'on observait auparavant. On peut ainsi craindre que la réforme dont les ESPE sont nées ait manqué l'occasion d'une réelle refondation de la formation des maîtres en France.

La formation des maîtres de l’école primaire à la dérive ?, par P. Berthuit, A-M. Chartier, B. Falaize, P. Joutard et P. Meirieu

Tribune publiée originellement le 25 septembre 2014 dans le journal Libération, signée par Philippe Berthuit, Anne-Marie Chartier, Benoît Falaize, Philippe Joutard et Philippe Meirieu, reproduite ici dans sa version longue, avec l'autorisation des auteurs.

Syndiquer le contenu