redoublement

De la politisation de l’éducation - L’exemple du redoublement

Dans cet article, Nathalie Bulle s’interroge sur les effets néfastes des tendances évaluatives de l’expertise en éducation.

Une erreur malencontreuse, retards scolaires et réformisme éducatif des années soixante-dix

La question des retards scolaires dans les années 1960s a faussé la représentation savante du fonctionnement de l’école élémentaire à l’époque et continue de nourrir des analyses, notamment liées à l’enseignement de la lecture. Une enquête est réouverte dans cet article.

Le rapport du HCE sur le collège ou la politique du pire appliquée à la déraison réformatrice

Le Haut Conseil de l’Education (HCE), dans un rapport remis le 1er Octobre dernier, préconise le passage du collège unique à l’« Ecole du socle commun » par une moindre articulation du collège avec le lycée d’enseignement général et une intégration des cursus du primaire et du collège. Les mots d’ordre sont priorité au socle, hétérogénéité des classes, différenciation pédagogique, autonomie des établissements. Nous proposons une brève synthèse du rapport et l’énoncé d’idées fausses ou d’erreurs de diagnostic qui l’étayent et permettent de comprendre pourquoi ses effets, s’il était appliqué, seraient contraires à ses intentions.

HCE : Paroles d'experts, par Michel Segal

Michel Segal, professeur de mathématiques en collège, auteur de Violences scolaires : responsables et coupables (éd. Autres Temps, 2010), livre ici un point de vue très critique sur le récent rapport du HCE à propos du collège, dont il dénonce l’aveuglement idéologique, l’absence d’exigence et l’ignorance des réalités.

L’inefficacité du redoublement est-elle avérée ?

Le redoublement est officiellement déclaré inutile et devant avoir un caractère exceptionnel par le Haut Conseil de l’Education. On pose ici la question des limites des enquêtes conduites à son sujet.

Rapports Descoings et Apparu : le lycée à l’heure du marché de la connaissance, par Romain Couderc et Marie Perret

Derrière les nobles ambitions affichées par les rapports Descoings et Apparu sur la réforme des lycées, ne se cache-t-il pas en fait des motivations beaucoup plus pragmatiques et moins honorables ? C'est ce que Romain Couderc et Marie Perret analysent dans cet article.

Syndiquer le contenu