Livraison 25

Questions ouvertes pour l'école du XXIe siècle - A quoi bon des programmes scolaires ?

Enregistrement de la cinquième séance (21/11/15) du cycle de rencontres intitulé Questions ouvertes pour l'école du XXIe siècle, organisé par le CEPA, l'ESPE de Paris et la revue Skhole.fr.

Intervenants : Sébastien-Akira Alix, Pierre Arnoux, Mara Goyet, Daniel Guillaume, Bruno Poucet et Dominique Raulin.

Ce qu’enseigner veut dire, par Eirick Prairat

Enseigner est un art pratique tendu vers le faire apprendre. Scheffler a raison, mais dire cela ne suffit pas, il faut en dire plus. Il convient notamment de préciser ce qui mérite d’être enseigné et dans quelles conditions cela doit être fait. N’en déplaise à Jean-Jacques Rousseau et à Ivan Illich, l’enseignement requiert un lieu propre car il n’est pas d’enseignement généralisé à l’ensemble d’une classe d’âge sans une institution qui en garantisse les conditions de possibilité, il n’est tout simplement pas d’enseignement sans Ecole, sans un lieu en retrait du tumulte de l’espace public.

Former des maîtres ? Une question philosophique et politique, par Pierre Statius

La formation des maîtres n’est pas prioritairement une question d’institution, ni même d’ailleurs une question de diplôme. Il faut en effet, pour apprécier la complexité de la tâche proposée, remonter très en amont, vers l’anthropologie, la politique et l’histoire. Il conviendra ensuite de revenir sur la période des écoles normales et sur leur déclin, pour envisager, à la fin de ce parcours, la situation actuelle de la formation des maîtres ainsi que les erreurs commises.

Langage et apprentissage chez J. S. Bruner et L. Vygotski, par Alain Firode

Il est d’usage, dans la littérature pédagogique actuelle, de considérer Vygotski et Bruner comme les deux principaux représentants de la théorie dite « socioconstructiviste » de l’apprentissage. Cette étude se propose de montrer, contrairement à ce que suggère cette catégorisation usuelle, que de nombreuses divergences, concernant particulièrement la nature du langage et son rôle dans le processus d’apprentissage, opposent néanmoins les deux auteurs.

La formation au genre : avancées et résistances, par Geneviève Guilpain

Cet article vise à faire un état des lieux des avancées dont bénéficient les formations au genre, notamment institutionnelles, tout en soulignant les freins qui subsistent. Il présente également l’évolution des représentations et des actions des enseignant-e-s et les difficultés nouvelles ou persistantes.

Modes langagières, par Frédéric Dumont

La langue est fasciste..., «  ça parle », a écrit Roland Barthes. Non : parce qu'il n'y a pas de fatalité, parce qu'il n'y a pas qu'une langue, parce qu'il peut s'installer une vigilance critique face aux modes langagières : d'où viennent les mots et formules en cours, que sont-ils exactement, comment influencent-ils nos idées et croyances ? Comment doit agir l'école pour que nous ne sautions pas dans le langage qui circule comme on saute dans une rame de métro ? En installant de nouveau une mise à distance, systématique, qui permet de sauvegarder autonomie de parler et penser.

La maîtrise de la pensée : un enseignement élémentaire, observations d'un directeur d'école

Témoignage d'un directeur d'école qui évoque, à travers le récit d'expériences vécues au quotidien, l'impact des évolutions récentes de l'école élémentaire, réforme des rythmes et accueil du handicap en particulier, sur les changements de l'identité professionnelle de l'enseignant.