Livraison 19

La « propriété intellectuelle » : une idée radine pour penseurs mort-nés

La « propriété intellectuelle » est une vieille idée, entérinée par la loi, que les avancées techniques ont remise sur le devant de la scène. L'approche par l'angle de l'éducation permettra de démolir conceptuellement pareille idée, qui n'a que des défauts épistémiques et éthiques – et à laquelle on ne peut croire que si on a renoncé à ce que penser veut dire et suppose.

Maîtriser une langue vivante : Quelques pistes de réflexion, par Michel Luciani

L'auteur analyse dans cet article les conditions précises qui président à l'apprentissage réel d'une langue vivante, depuis la découverte des sons inconnus dans la langue maternelle jusqu'à la possibilité du bilinguisme, en passant par la nécessaire acquisition du vocabulaire, et l'on verra qu'il faut apprendre à compter soigneusement ! Les considérations linguistiques s'appuient sur l'exemple très concret de l'apprentissage de l'allemand, à commencer par les 20 sons germaniques inconnus du français.

Education et démocraties

Nous proposons une analyse des théories philosophiques sous-jacentes aux modèles de l’individualité démocratique qui se sont développés historiquement. La thèse défendue ici est que l’idée de dualité épistémique des sources de la connaissance humaine, qui est au cœur de certaines des avancées majeures de l’épistémologie moderne, ouvre une voie à la fois distincte du dualisme ontologique du rationalisme classique et des empirismes radicaux dérivés de l’empirisme classique, mais qui en intègre les enseignements majeurs. Cette voie invite à repenser les sources de l’indépendance d’esprit du sujet connaissant et à soutenir une conception nouvelle de l’individualité démocratique : elle confère un sens profond à une démocratie participative à laquelle l’école doit contribuer par son rôle cognitif.

À propos de "La vraie vie à l’école. La psychanalyse à la rencontre des professeurs et de l’école" – Entretien avec Philippe Lacadée

Aux trois impossibles évoqués par Freud, gouverner, éduquer et analyser, cet ouvrage entend ouvrir les voies du « faire désirer » que Lacan y ajoutât et qu’il n’eut de cesse toute sa vie de mettre en œuvre. Un livre qui offre la parole aux enseignants et aux élèves, comme aux spécialistes-passionnés de la langue dans tous ses états et aux professionnels qui ont le souci de l’école, et de ce qui s’y joue pour aujourd’hui et demain. Et un livre que traversent la poésie, la littérature, le cinéma et le théâtre…

A l’école des nouveaux rythmes, par Magali Gaubert

Vue de loin, la réforme des rythmes à l’école élémentaire est un raccourcissement de la journée d’école au profit du mercredi matin. Alléchante, scientifiquement étayée, elle est née d’un consensus recherchant l’efficacité pour le ministère, l’amélioration du côté des syndicats majoritaires, et l’épanouissement de l’enfant du côté de la FCPE. Pourtant elle a rencontré le rejet des instituteurs et de grosses difficultés de mise en œuvre. Magali Gaubert, institutrice, livre ici son point de vue sur cette réforme à ses yeux ratée.

Continuité de l’expérience et théorie de la récapitulation dans la pédagogie de John Dewey, par Sébastien-Akira Alix

L’objet du présent article est de montrer que le principe de continuité de l’expérience qui se trouve au fondement de la théorie pédagogique de John Dewey s’enracine dans une réinterprétation de la théorie de la récapitulation. Avec ce principe de continuité de l’expérience, le philosophe développe de manière récurrente l’hypothèse selon laquelle tout le parcours possible de l’enfant se retrouve dans l’idée simple selon laquelle l’ontogenèse récapitule la phylogenèse : au cours de son développement, l’enfant passe par une série d’étapes qui ont été celles que l’humanité a parcourues dans son histoire.

Série Péguy - 3 - Problèmes de l'enseignement

Nous proposons avec ce troisième volet un dernier parcours entre quelques extraits des Cahiers de la quinzaine de Charles Péguy cherchant à appréhender la nouveauté de certains problèmes de l’enseignement[1] du début du vingtième siècle, mais qui invitent aussi à tisser des analogies fécondes avec plusieurs « défis » d’aujourd’hui, comme la récurrente question des programmes scolaires et de leur refonte, ou plutôt, d