Dossier Méthodes de lecture

La france moche - Zac Zup et Cie - http-wizzz.telerama.frlafrancemochephotos7585384654.jpg

Depuis près d’un demi-siècle se développe et se répète en France ce qu’il est convenu d’appeler la « querelle » des méthodes de lecture employées à l’école primaire, opposant principalement les défenseurs des méthodes « globales » et « mixtes » aux tenants des méthodes « syllabiques » ou « alphabétiques ».  L'un des derniers débats publics en date se déroula lorsque le ministre de l’Education Nationale Gilles de Robien parut vouloir imposer en 2003 un retour pur et simple à la stricte méthode syllabique, restauration finalement avortée…

Pour le dire très – trop – vite, les premières privilégient une entrée dans l’écrit par le « sens », selon une démarche analytique allant des unités complexes (textes, phrases, mots) vers les plus simples (syllabes, lettres), alors que les secondes – symbolisées par le fameux « b, a, ba » -, procèdent en sens inverse en commençant par l’enseignement systématique du « code »[1]. Pour beaucoup l’usage de méthodes dites « mixtes », aujourd'hui dominant, semble avoir le double avantage de constituer une  forme de « synthèse » habile et modérée, et de préserver un maximum de liberté pédagogique.

Peu concernés directement, en tant que professeurs de philosophie, par la question de l’apprentissage de la lecture en primaire, nous ne pouvions que constater, en bout de chaine, la mauvaise maîtrise de la langue, tant lue qu’écrite, chez nos élèves, mais sans pouvoir rattacher celle-ci à des causes si lointaines. Sollicités par Marc-Olivier Sephiha, professeur de français au collège et dont nous publions ci-dessous le texte qu’il nous a adressé, nous nous sommes donc penchés sur cette « querelle » pour tenter d’y voir un peu plus clair : interpellés et finalement convaincus de l’importance des enjeux, nous avons jugé utile d’y consacrer un « dossier », dont les éléments sont présentés ci-dessous.

***

Dysorthographies au collège, par Marc-Olivier Sephiha

De son expérience de professeur de lettres en collège et au terme d’une enquête minutieuse, M.-O. Sephiha dresse ici un état des lieux très alarmant des difficultés de lecture et d’écriture des collégiens qu’il a pu rencontrer. Il en analyse les causes et indique les principes des ateliers de remise à niveau qu’il a mis en place depuis, à titre expérimental.

La méthode alphabétique, pourquoi ?, par Magali Gaubert

Institutrice au CP pendant cinq ans, M. Gaubert raconte comment et pourquoi elle est passée des méthodes « mixtes » à une méthode alphabétique.

Apprendre à « lire » : un point de vue vygotskien, par Julien Gautier

Qu’est-ce qu’apprendre à « lire » ? En s’appuyant notamment sur les concepts du psychologue russe Lev Vygotski, Julien Gautier propose ici une réflexion théorique autour des enjeux tout particulièrement cognitifs de l’entrée dans l’écrit, ainsi que des modalités permettant de les atteindre. Ceci l’amène à plaider pour un solide enseignement explicite des structures de la langue.

***

De ce dossier, nous pensons pouvoir en conclure primo que l’état actuel de l’enseignement de la langue écrite à l’école française est dominé de fait par l’emploi majoritaire de méthodes « mixtes ». Secundo, il nous paraît clair que ces méthodes « mixtes », qui passent à tort pour des compromis efficaces, sont en réalité méthodologiquement boiteuses et surtout qu’elles doivent être rangées, au bout du compte, dans la même catégorie que les méthodes « globales », dans la mesure où elles reposent généralement sur un départ « global » : de fait, elles repoussent et ralentissent l’apprentissage du « code », dont elles sous-estiment l’importance et les enjeux. Or nous pensons que les difficultés de lecture et d’écriture, et plus largement la mauvaise maitrise de la langue écrite par les élèves, régulièrement constatées et dénoncées, reflètent d’abord un manque de connaissance et de compétence sur le plan principalement « technique » des formes linguistiques. C’est pourquoi, tertio, il nous paraît non seulement fondé mais nécessaire que l’école dispense un enseignement explicite et systématique des structures fondamentales et élémentaires de la langue – alphabet, syntaxe, grammaire, etc. -, et ce dès le plus jeune âge : à rebours de l’idée qui consiste à assimiler une telle démarche à un formalisme aliénant et abêtissant, nous pensons qu’elle est au contraire une condition essentielle pour que les élèves puissent construire efficacement un rapport conscient, volontaire et libre à l’égard du langage en général.

Pour le dire en image, tout en étant conscient des limites de toute analogie : il n’est pratiquement pas de musicien compétent ni de grand musicien – interprète ou compositeur – qui n’ait commencé par travailler systématiquement ses gammes. Il y a toutes les raisons de penser qu’il en est largement de même pour ce qui concerne l’apprentissage et la pratique de la langue écrite.

J. Gautier

 


[1] Cette présentation est très schématique, et ne reflète que très partiellement la grande variété des méthodes de lecture existantes ou ayant existé tout au long des décennies de cette « querelle ». Pour une présentation plus précise et plus critique, nous renvoyons à la lecture des différents articles composant ce dossier, ainsi qu'à un article de J.P. Terrail, intitulé "La querelle des méthodes de lecture", disponible ici.

Commentaires

Excusez-moi, j'ai oublié le

Excusez-moi, j'ai oublié le titre du manuel:
Je lis, j'écris.
Un apprentissage culturel et moderne de la lecture CP
Les Lettres bleues

Bonjour, Enseignante de

Bonjour,

Enseignante de l'Education nationale...je ne fais plus partie des 90% de classes de CP utilisant des méthodes mixtes.
Depuis un an, le livre de lecture de Mme OUZILOU est notre référence dans ma classe de CP/CE1.
Devant les résultats solides obtenus, 2 collègues se sont elles aussi remises en question et utiliseront le manuel l'an prochain pour l'apprentissage de la lecture et de l'orthographe.
Plus de "querelles" de méthodes de lecture...une évidence: oser choisir celle qui met en réussite nos élèves de façon durable.


Les livres qui m'ont encouragée ...déjà cités dans nombre de commentaires sur ce dossier...
"Les neurones de la lecture"
"Dyslexie, une vraie fausse épidémie"