raison

Qu’est-ce qui ne va pas chez Dewey ?

La philosophie de Dewey a une grande influence sur la pensée éducative contemporaine, bien qu’elle soit peu discutée sur le plan épistémologique. Nous proposons un accès à sa théorie de l’expérience sur la base de certains concepts clés. A partir de là, nous montrons que le point névralgique de la théorie de la connaissance de Dewey repose sur un postulat fondamental, celui de l’indépendance relative, pour la compréhension de la signification, des phénomènes existentiels par rapport aux construits théoriques. Nous défendons que si l’on abandonne ce postulat, certaines bases de la théorie de la connaissance de Dewey s’écroulent et, avec elles, les principes en matière de formation intellectuelle qui en sont dérivés.

Série Spinoza et l'éducation

Cette série "Spinoza et l'éducation", qui devrait se poursuivre pendant toute l’année 2016-2017, se veut exploratoire.

Il s’agira non pas de présenter la philosophie de l’éducation de Spinoza, introuvable en tant que telle, mais plutôt d’ouvrir un maximum de pistes autour du thème de l’éducation chez Spinoza, pour vérifier la validité de l’hypothèse de départ : il y a de quoi penser philosophiquement l’éducation à partir de Spinoza.

Pour être plus juste, l’école doit servir sa mission fondamentale

Nathalie Bulle propose un texte programmatique sur les grandes directions que devrait emprunter l'école pour être plus juste. Ces dernières concernent sa mission fondamentale de développement intellectuel et culturel et les opportunités véritables de réalisation individuelles qu'elle devrait offrir.

La « propriété intellectuelle » : une idée radine pour penseurs mort-nés

La « propriété intellectuelle » est une vieille idée, entérinée par la loi, que les avancées techniques ont remise sur le devant de la scène. L'approche par l'angle de l'éducation permettra de démolir conceptuellement pareille idée, qui n'a que des défauts épistémiques et éthiques – et à laquelle on ne peut croire que si on a renoncé à ce que penser veut dire et suppose.

Education et démocraties

Nous proposons une analyse des théories philosophiques sous-jacentes aux modèles de l’individualité démocratique qui se sont développés historiquement. La thèse défendue ici est que l’idée de dualité épistémique des sources de la connaissance humaine, qui est au cœur de certaines des avancées majeures de l’épistémologie moderne, ouvre une voie à la fois distincte du dualisme ontologique du rationalisme classique et des empirismes radicaux dérivés de l’empirisme classique, mais qui en intègre les enseignements majeurs. Cette voie invite à repenser les sources de l’indépendance d’esprit du sujet connaissant et à soutenir une conception nouvelle de l’individualité démocratique : elle confère un sens profond à une démocratie participative à laquelle l’école doit contribuer par son rôle cognitif.

L'imposture de l'enseignement scientifique dans les lycées français, par Bertrand Rungaldier

Dans un dossier approfondi et documenté, Bertrand Rungaldier dresse un bilan alarmant de l’état de l’enseignement des mathématiques en France, fondé sur une comparaison détaillée de manuels francophones et allemands.

De la tête bien faite du maître à celle de l’élève

Comment concilier la masse croissante des savoirs dans nos sociétés de la connaissance, et les capacités cognitives limitées d’un individu d’une part, les besoins en formation d’experts hautement spécialisés et, à l’inverse, les besoins de hauteur, de compréhension générale, d’autre part ? Nathalie Bulle s’interroge sur ces questions en s’appuyant sur la notion de "tête bien faite", empruntée à Montaigne.

Recension de "L'école commune" et entretien avec Jean-Pierre Terrail

En mars 2012, le GRDS publiait ses propres « propositions pour une refondation du système éducatif », sous le titre de l’Ecole commune (La Dispute). Vous trouverez ici une recension de l'ouvrage suivie d'un entretien approfondi avec l'un de ses auteurs, le sociologue Jean-Pierre Terrail.

Refonder l’école ? Élémentaire ! aurait dit Condorcet, par Danièle Cosson-Schéré

Dans cet article, Danièle Cosson-Schéré, qui prépare une thèse (PhD) sur le projet d'Instruction publique de Condorcet à la School of Education de Boston University, présente le concept d' "élément" dont Condorcet fait le pivot central de son projet d'instruction, et dont la logique et l'orientation se distinguent nettement de celles qui animent aujourd'hui la politique dite du "scole commun".

La crise moderne de la pédagogie ou la critique du progressisme est-elle réactionnaire ?

Nous mettons en évidence les grandes tensions qui sous-tendent la crise moderne de la pédagogie en représentant les différents courants de pensée en conflit dans un espace pluridimensionnel : épistémologique, ("réalisme versus idéalisme"), méthodologique ("activité propre de l’élève versus transmissions"), psychologique ("naturalisme versus rationalisme"). Alors que les débats ont jusqu’à présent porté sur les deux premiers axes, en les réduisant généralement à un seul, notre thèse est que la crise de la pédagogie se joue sur le troisième axe défini.

Apprendre à "lire" : un point de vue vygotskien

Qu’est-ce qu’apprendre à « lire » ? En s’appuyant notamment sur les concepts du psychologue russe Lev Vygotski, J. Gautier propose ici une réflexion théorique autour des enjeux tout particulièrement cognitifs de l’entrée dans l’écrit, ainsi que des modalités permettant de les atteindre.

Dossier Méthodes de lecture

Nous consacrons ici un dossier à la "querelle" des méthodes de lecture, proposant des témoignages et quelques perspectives théoriques, et au terme duquel nous pensons devoir plaider pour la mise en place d'un enseignement plus explicite et méthodique des structures élémentaires de la langue. Accédez au dossier en cliquant ici.

Les raisons épistémologiques et psychologiques de l’enseignement des disciplines

Les changements pédagogiques dans la plupart des systèmes éducatifs occidentaux visent aujourd’hui au développement de compétences générales, et s’appuient sur des notions telles que l’interdisciplinarité, les situations d’apprentissage, l’interaction entre pairs etc. Ils s’opposent aux principes généraux d’une éducation dite libérale qui associent le développement intellectuel à des formes théoriques d’apprentissage – c’est-à-dire explicites et développées suivant la logique des disciplines elles-mêmes. Une explication de ce conflit est offerte à partir du rôle joué par les présupposés épistémologiques en jeu – étroitement liés à des présupposés psychologiques.

Modèles d'humanité et modes de formation intellectuelle

Nathalie Bulle propose ici une analyse comparée et approfondie des grands modes de formation intellectuelle occidentaux, en s'attachant plus particulièrement au rôle prêté aux enseignements disciplinaires dans la formation intellectuelle et humaine des élèves.

Lev Vygotski - extrait - Concepts spontanés et concepts scientifiques

Dans ce texte, Lev Vygotski montre le rôle décisif que joue l'apprentissage scolaire dans l'acquisition des concepts scientifiques, et explique en quoi il se démarque de Jean Piaget sur ce point.

Jack Goody - écriture et tradition critique

Dans un ouvrage, désormais classique, intitulé La raison graphique, l’anthropologue britannique Jack Goody s’attache à étudier l’influence des différentes formes de l’écriture sur les modes de pensée.

Nous en proposons ici quelques extraits.

G.W.F. Hegel - De l'importance de la grammaire

Un texte de Hegel sur l'importance de l'enseignement de la grammaire aux jeunes enfants.

version originale (allemande) | version française

Emmanuel Kant - quelques extraits des "Propos de pédagogie"

Nous vous proposerons ici, peu à peu, quelques extraits des Propos de pédagogie d'Emmanuel Kant, ouvrage issu de cours professés entre 1776 et 1787, et publié après sa mort en 1803.

Syndiquer le contenu