progressisme

La crise moderne de la pédagogie ou la critique du progressisme est-elle réactionnaire ?

Nous mettons en évidence les grandes tensions qui sous-tendent la crise moderne de la pédagogie en représentant les différents courants de pensée en conflit dans un espace pluridimensionnel : épistémologique, ("réalisme versus idéalisme"), méthodologique ("activité propre de l’élève versus transmissions"), psychologique ("naturalisme versus rationalisme"). Alors que les débats ont jusqu’à présent porté sur les deux premiers axes, en les réduisant généralement à un seul, notre thèse est que la crise de la pédagogie se joue sur le troisième axe défini.

Progressisme et utopie sociale

Les penseurs progressistes avaient rêvé d’une société parfaite, vers laquelle l’évolution sociale tendrait d’autant plus inéluctablement que l’on tirerait profit des connaissances des lois de la vie. Comme le Logos, le Verbe, n’étaient plus au commencement… et comme l’évolution étendait pour eux ses lois à l’histoire humaine, à la société, ils ont cru à un antagonisme entre la parole du maître et le développement naturel de l’élève, à un archaïsme pré-démocratique de l’autorité professorale supposée reflétée par les enseignements explicites, tel que celui de la logique élémentaire liant les signes aux sons qu’ils représentent.

Les raisons épistémologiques et psychologiques de l’enseignement des disciplines

Les changements pédagogiques dans la plupart des systèmes éducatifs occidentaux visent aujourd’hui au développement de compétences générales, et s’appuient sur des notions telles que l’interdisciplinarité, les situations d’apprentissage, l’interaction entre pairs etc. Ils s’opposent aux principes généraux d’une éducation dite libérale qui associent le développement intellectuel à des formes théoriques d’apprentissage – c’est-à-dire explicites et développées suivant la logique des disciplines elles-mêmes. Une explication de ce conflit est offerte à partir du rôle joué par les présupposés épistémologiques en jeu – étroitement liés à des présupposés psychologiques.

Nathalie Bulle face à Thierry Cadart à propos de la Réforme du Lycée (Répliques)

Nathalie Bulle et Thierry Cadart du SGEN ont été les deux invités de "Répliques", l'émission d'Alain Finkelkraut sur France-Culture, consacrée à la réforme du lycée, et diffusée le Samedi 23 Janvier 2010.


50:10 minutes (46.13 Mo)

L'imaginaire réformateur - PISA et les politiques de l’école

Que faut-il penser des enquêtes PISA et du "modèle finlandais" ?
Nathalie Bulle propose un examen critique des méthodes et de la portée des enquêtes PISA, qui constituent désormais l'instrument d'étude privilégié des politiques scolaires de l'OCDE et de l'Union Européenne, et bien souvent la principale référence des débats publics sur l'école.

Modèles d'humanité et modes de formation intellectuelle

Nathalie Bulle propose ici une analyse comparée et approfondie des grands modes de formation intellectuelle occidentaux, en s'attachant plus particulièrement au rôle prêté aux enseignements disciplinaires dans la formation intellectuelle et humaine des élèves.

L'étranglement progressiste de l'éducation américaine et de ses enseignants

Jasper Johns Three FlagsL’enseignement secondaire américain, qui a eu à faire face à une forte expansion scolaire dès le début du XXe siècle, est tombé sous l’emprise de la pensée éducative progressiste. L’école américaine avait des problèmes, les « nouveaux éducateurs » avaient des solutions…

Parution de "L'école et son double" de Nathalie Bulle

Nous tenons à vous signaler la parution, le 17 Février prochain, de L'école et son double, essai sur l'évolution pédagogique en France (Paris, Hermann), écrit par la sociologue Nathalie Bulle, chercheure au CNRS et spécialiste de sociologie de l'enseignement.

pour en savoir plus cliquez ici.

Syndiquer le contenu