L'homme ne peut devenir homme que par l'éducation.
Emmanuel Kant, Propos de pédagogie.

L’héritage de Victor Cousin dans l’enseignement de la philosophie en France, par Lucie Rey

Pourquoi étudier les textes et l’histoire de Victor Cousin aujourd’hui ? La discipline philosophique française hérite, qu’elle le veuille ou non, de l’oeuvre cousinienne. Dès lors, l’étude de sa doctrine doit permettre d’enrichir la compréhension de cet héritage et d’éclaircir les enjeux de sa critique philosophique.

Continuité ou discontinuité entre pensée rationnelle et sens commun ? Lecture croisée de Dewey et Bachelard

L’intérêt de confronter Dewey et Bachelard vient de l’impression première d’opposition entre leurs pensées. L’un est regardé comme le héraut de l’école nouvelle aux États-Unis, théoricien de l’intérêt et de l’utile au sein de l’apprentissage ; l’autre est considéré comme le père d’une épistémologie exigeante et rationaliste, théoricien de l’ascèse intellectuelle à travers une psychanalyse de la connaissance. Dewey le pragmatiste, Bachelard le rationaliste… que peuvent-ils avoir en commun ?

La « propriété intellectuelle » : une idée radine pour penseurs mort-nés

La « propriété intellectuelle » est une vieille idée, entérinée par la loi, que les avancées techniques ont remise sur le devant de la scène. L'approche par l'angle de l'éducation permettra de démolir conceptuellement pareille idée, qui n'a que des défauts épistémiques et éthiques – et à laquelle on ne peut croire que si on a renoncé à ce que penser veut dire et suppose.

Maîtriser une langue vivante : Quelques pistes de réflexion, par Michel Luciani

L'auteur analyse dans cet article les conditions précises qui président à l'apprentissage réel d'une langue vivante, depuis la découverte des sons inconnus dans la langue maternelle jusqu'à la possibilité du bilinguisme, en passant par la nécessaire acquisition du vocabulaire, et l'on verra qu'il faut apprendre à compter soigneusement ! Les considérations linguistiques s'appuient sur l'exemple très concret de l'apprentissage de l'allemand, à commencer par les 20 sons germaniques inconnus du français.

Education et démocraties

Nous proposons une analyse des théories philosophiques sous-jacentes aux modèles de l’individualité démocratique qui se sont développés historiquement. La thèse défendue ici est que l’idée de dualité épistémique des sources de la connaissance humaine, qui est au cœur de certaines des avancées majeures de l’épistémologie moderne, ouvre une voie à la fois distincte du dualisme ontologique du rationalisme classique et des empirismes radicaux dérivés de l’empirisme classique, mais qui en intègre les enseignements majeurs. Cette voie invite à repenser les sources de l’indépendance d’esprit du sujet connaissant et à soutenir une conception nouvelle de l’individualité démocratique : elle confère un sens profond à une démocratie participative à laquelle l’école doit contribuer par son rôle cognitif.

À propos de "La vraie vie à l’école. La psychanalyse à la rencontre des professeurs et de l’école" – Entretien avec Philippe Lacadée

Aux trois impossibles évoqués par Freud, gouverner, éduquer et analyser, cet ouvrage entend ouvrir les voies du « faire désirer » que Lacan y ajoutât et qu’il n’eut de cesse toute sa vie de mettre en œuvre. Un livre qui offre la parole aux enseignants et aux élèves, comme aux spécialistes-passionnés de la langue dans tous ses états et aux professionnels qui ont le souci de l’école, et de ce qui s’y joue pour aujourd’hui et demain. Et un livre que traversent la poésie, la littérature, le cinéma et le théâtre…

A l’école des nouveaux rythmes, par Magali Gaubert

Vue de loin, la réforme des rythmes à l’école élémentaire est un raccourcissement de la journée d’école au profit du mercredi matin. Alléchante, scientifiquement étayée, elle est née d’un consensus recherchant l’efficacité pour le ministère, l’amélioration du côté des syndicats majoritaires, et l’épanouissement de l’enfant du côté de la FCPE. Pourtant elle a rencontré le rejet des instituteurs et de grosses difficultés de mise en œuvre. Magali Gaubert, institutrice, livre ici son point de vue sur cette réforme à ses yeux ratée.

Continuité de l’expérience et théorie de la récapitulation dans la pédagogie de John Dewey, par Sébastien-Akira Alix

L’objet du présent article est de montrer que le principe de continuité de l’expérience qui se trouve au fondement de la théorie pédagogique de John Dewey s’enracine dans une réinterprétation de la théorie de la récapitulation. Avec ce principe de continuité de l’expérience, le philosophe développe de manière récurrente l’hypothèse selon laquelle tout le parcours possible de l’enfant se retrouve dans l’idée simple selon laquelle l’ontogenèse récapitule la phylogenèse : au cours de son développement, l’enfant passe par une série d’étapes qui ont été celles que l’humanité a parcourues dans son histoire.

Petite Poucette : la douteuse fable de Michel Serres

Dans cet article, Julien Gautier propose une lecture critique de Petite Poucette, l'opuscule à succès de Michel Serres. Passé l’effet de séduction immédiate, l’opuscule de M. Serres ne lui paraît vraiment pas à la hauteur des enjeux ni même de certaines des intuitions de son auteur. 

 

 

La refondation de l'école de la République ou la politique de l'incantation, par Alain Planche

Si l’on en croit Vincent Peillon, ce n’est pas une simple réforme de notre système éducatif qu’il a présentée à l’Assemblée nationale au début de cette année, mais une véritable refondation de l’école de la République. Cependant, son projet de loi ne marque aucune rupture véritable avec les politiques antérieures. Il y est, certes, beaucoup fait référence aux valeurs de l’école républicaine, mais on en reste au niveau de l’incantation, et c’est particulièrement visible quand on examine attentivement la partie du projet relative à l’enseignement primaire, comme le montre ici Alain Planche.

Arythmies élémentaires à l'école, par Thierry Menge

La refondation de l'école primaire a été entreprise par l'intitulé des "rythmes scolaires", en proposant surtout d'en aménager le cadre. Thierry Menge, enseignant et directeur d'école, témoigne ici de déphasages qui lui semblent plus essentiels.

L'imposture de l'enseignement scientifique dans les lycées français, par Bertrand Rungaldier

Dans un dossier approfondi et documenté, Bertrand Rungaldier dresse un bilan alarmant de l’état de l’enseignement des mathématiques en France, fondé sur une comparaison détaillée de manuels francophones et allemands.

A propos de "Que peut la philosophie ?" - Entretien avec Sébastien Charbonnier

Nous voudrions ici prolonger la lecture du livre de Sébastien Charbonnier par un entretien croisé de l'auteur avec Guillaume Vergne sur l'avenir de l'enseignement de la philosophie en France

L’invention scolaire de la singularité, par Marc Crépon

Dans cet article, le philosophe Marc Crépon se propose de penser la vocation de l’école comme « invention de la singularité » : le but de l’éducation scolaire, ce pourrait être que la nouveauté advienne, ce qui ne va pas de soi.

Série Charles Péguy et l'éducation

Isabelle de Mecquenem, professeur de philosophie à l'IUFM/Université de Reims, propose ici une "série" en trois volets consacrée à Charles Péguy et l'éducation.

Accès au 1e volet

Accès au 2e volet

Accès au 3e volet

L'école, question philosophique - avant-propos, par Denis Kambouchner

Denis Kambouchner vient de publier L'école, question philosophique aux éditions Fayard (01/2013). Nous vous proposons d'en lire d'ores et déjà l'avant-propos, reproduit ici avec l'aimable autorisation de l'auteur.

De la "désaffection" pour les études scientifiques, par Pierre Arnoux

Depuis 1995, les effectifs de bacheliers généraux, et en particulier de bacheliers scientifiques, stagnent, et les effectifs des premiers cycles universitaires s'effondrent. Cette évolution, évidemment contraire à la fameuse "économie de la connaissance" dont on nous parle sans cesse, est en général attribué à une prétendue "désaffection pour les sciences" qui serait un phénomène mondial. Au-delà des anecdotes, il n'y a aucune raison de penser qu'il existe vraiment une telle désaffection, et aucune explication au fait qu'elle aurait commencé à agir brutalement en 1995. On a par contre de bonnes raisons de penser que cette panne du système éducatif, qui va bien au-delà des sciences, est due à des réformes mal conçues et mal gérées du système éducatif (réforme des lycées, LMD, mastérisation...).

De la tête bien faite du maître à celle de l’élève

Comment concilier la masse croissante des savoirs dans nos sociétés de la connaissance, et les capacités cognitives limitées d’un individu d’une part, les besoins en formation d’experts hautement spécialisés et, à l’inverse, les besoins de hauteur, de compréhension générale, d’autre part ? Nathalie Bulle s’interroge sur ces questions en s’appuyant sur la notion de "tête bien faite", empruntée à Montaigne.

L’indestructible latin, bientôt plus personne pour le comprendre ?

Cet article propose de parcourir le fécond ouvrage, Sans le latin…, sous la direction de Cécilia Suzzoni et Hubert Aupetit (Mille et une nuits, 2012). Poètes, homme d'Eglise,  universitaires, traducteurs éclairent avec érudition à quel point le latin vit encore, pour qui veut bien y prêter l’oreille. Encore faut-il que l’école continue à transmettre « le fait latin » pour qu’il soit toujours possible d’en goûter les richesses, qui débordent les frontières du temps comme géographiques, et qui a innervé l’ensemble des savoirs, pas seulement la langue française.

Le programme de « français-philosophie » des classes préparatoires scientifiques : quels enseignements en tirer ?, par Frédéric Dumont

Les programmes de français-philosophie, dans les classes préparatoires scientifiques, trop peu connus, offrent une expérience intéressante de pluridisciplinarité : chaque année un thème, une problématique, fédère des œuvres philosophiques, littéraires, qui mobilisent d'autres disciplines, dont l'histoire. De l'interdisciplinarité, on parle beaucoup : il s'agit ici de tirer des enseignements d'une expérience réelle qui semble, depuis longtemps, faire consensus. On ne parle pas des trains qui arrivent à l'heure...

Syndiquer le contenu