L'homme ne peut devenir homme que par l'éducation.
Emmanuel Kant, Propos de pédagogie.

Questions ouvertes pour l'école du XXIe siècle

L'école peut-elle être juste ?

Le Samedi 8 Novembre 2014 de 9h30 à 18h, Université Paris-1, 12 place du Panthéon, Paris 5e, salle Cavaillès.

L’exigence de justice apparaît indissociable de la finalité éducative de l’institution scolaire : mais au fond qu’est-ce qu’une école juste ? Est-ce un système qui garantit à tous le même accès au savoir ou qui distribue l’instruction de manière proportionnelle aux capacités et aux talents ? Ou encore un système qui donne à tout le monde les mêmes chances de réussite ?

Intervenants : Nathalie Bulle, Jean-Pierre Terrail, Patrick Savidan, Philippe Foray, Séverine Dépoilly, Erick Prairat.

Plus d'informations en cliquant ici

Questions ouvertes pour l'école du XXIe siècle

Faut-il encore transmettre ?

Le Mardi 3 Juin 2014 de 17h30 à 20h, Université Paris-1, 12 place du Panthéon, Paris 5e, salle 216.

Le PhiCo de la Sorbonne, l'ESPE de Paris et la revue Skhole.fr inaugurent un cycle de rencontres intitulé Questions ouvertes pour l'école du XXIe siècle. Cette première rencontre se déroulera sous la forme d'une table-ronde autour de l'ouvrage Transmettre, apprendre de M-C. Blais, M. Gauchet et D. Ottavi, en présence des auteurs.

Plus d'informations en cliquant ici.

Enseigner la "théorie du genre" en SVT : une aberration ?

La prétendue « théorie du genre » est supposée avoir fait son entrée à l’école. Non sans remous, depuis quatre ans maintenant, en raison de l’ire scandalisée de certains milieux conservateurs et religieux, et des dénégations embarrassées des instances officielles. Mais enseigner la "théorie du genre" en cours SVT, quel sens cela a-t-il ? Guillaume Vergne nous invite à approfondir les enjeux d'une telle question, par delà les polémiques récentes autour du "genre" à l'école.

Série John Dewey et l'éducation

Sébastien Charbonnier commence ici une série consacrée au philosophe américain John Dewey, en particulier à sa pensée de l'éducation, qui mérite d'être redécouverte au delà des caricatures dont elle a pu être l'objet. Critique à l'égard d'une école "traditionnelle" centrée sur le savoir mais aussi à l'égard du "pédocentrisme", l’actualité de Dewey tient précisément à son refus de rentrer dans une telle opposition qu’il juge mal fondée. Le 1er volet de la série propose une lecture croisée de Dewey et Bachelard : Y-a-t-il continuité ou discontinuité entre pensée rationnelle et sens commun ?

Educations à…. Ya basta !, par Alain Beitone

Le thème des « éducations à » est de plus en plus présent dans le système éducatif : les enseignants et les établissements scolaires sont invités à s’y investir, les dispositifs officiels, les articles de revue et les colloques se multiplient. Dans cet article, Alain Beitone montre que, contestable sur le plan épistémologique, ce discours sur les « éducations à » fait obstacle à une formation rigoureuse des élèves à propos d’enjeux qui sont pourtant fondamentaux, et que cette approche de l’enseignement constitue une pédagogie invisible dont on sait qu’elle est créatrice d’inégalités d’apprentissage entre les élèves.

"Transmettre, apprendre" - recension de l'ouvrage de Marie-Claude Blais, Marcel Gauchet et Dominique Ottavi

Après Pour une philosophie politique de l’éducation (2002) et Conditions de l’éducation (2008), Marie-Claude Blais, Marcel Gauchet et Dominique Ottavi publient cette année leur troisième ouvrage commun. Dans ces deux verbes et leur opposition - Transmettre, Apprendre - les auteurs voient le « problème intellectuel » de l’école contemporaine. Mais ce que s’efforce finalement d’établir le livre, c’est la nécessité de penser ensemble ces deux dimensions de l’éducation humaine, de repenser leur lien fondamental, une fois pris acte de l’échec théorique et pratique de leur opposition unilatérale.

PISA : à quand la fin des idéologies ?

Avec la sortie de la dernière mouture de l’enquête PISA, version 2012, des contrevérités ont été affirmées sans réflexion ni examen. Le palmarès des systèmes éducatifs proposé par l’OCDE sert malheureusement bien souvent des objectifs tout autres que ceux, fondamentaux, de l’école. C’est pourquoi nous proposons de revenir sur les enseignements majeurs de cette comparaison internationale des performances des élèves d’un peu plus de 15 ans, qui a lieu tous les trois ans depuis 2000, en nous limitant au français et aux mathématiques.

Réflexions sur l’enseignement des sciences physiques au lycée: une mission impossible ? par Gérard Weisbuch

Les manuels de Physique du lycée sont peu clairs, peu attrayants malgré leur riche iconographie
et peu convaincants malgré de réels efforts pour se rapprocher de la physique moderne. Cet article évalue la situation, s'attache à comprendre les causes et les conséquences de ces défauts. C'est un enchaînement d'effets pervers, largement dus à des contraintes de temps, depuis le Ministère, les auteurs des programmes, les auteurs des manuels et les maisons d'édition jusqu'aux conditions de la distribution des manuels qui aboutit à de si piètres résultats.

L’héritage de Victor Cousin dans l’enseignement de la philosophie en France, par Lucie Rey

Pourquoi étudier les textes et l’histoire de Victor Cousin aujourd’hui ? La discipline philosophique française hérite, qu’elle le veuille ou non, de l’oeuvre cousinienne. Dès lors, l’étude de sa doctrine doit permettre d’enrichir la compréhension de cet héritage et d’éclaircir les enjeux de sa critique philosophique.

La « propriété intellectuelle » : une idée radine pour penseurs mort-nés

La « propriété intellectuelle » est une vieille idée, entérinée par la loi, que les avancées techniques ont remise sur le devant de la scène. L'approche par l'angle de l'éducation permettra de démolir conceptuellement pareille idée, qui n'a que des défauts épistémiques et éthiques – et à laquelle on ne peut croire que si on a renoncé à ce que penser veut dire et suppose.

Maîtriser une langue vivante : Quelques pistes de réflexion, par Michel Luciani

L'auteur analyse dans cet article les conditions précises qui président à l'apprentissage réel d'une langue vivante, depuis la découverte des sons inconnus dans la langue maternelle jusqu'à la possibilité du bilinguisme, en passant par la nécessaire acquisition du vocabulaire, et l'on verra qu'il faut apprendre à compter soigneusement ! Les considérations linguistiques s'appuient sur l'exemple très concret de l'apprentissage de l'allemand, à commencer par les 20 sons germaniques inconnus du français.

Education et démocraties

Nous proposons une analyse des théories philosophiques sous-jacentes aux modèles de l’individualité démocratique qui se sont développés historiquement. La thèse défendue ici est que l’idée de dualité épistémique des sources de la connaissance humaine, qui est au cœur de certaines des avancées majeures de l’épistémologie moderne, ouvre une voie à la fois distincte du dualisme ontologique du rationalisme classique et des empirismes radicaux dérivés de l’empirisme classique, mais qui en intègre les enseignements majeurs. Cette voie invite à repenser les sources de l’indépendance d’esprit du sujet connaissant et à soutenir une conception nouvelle de l’individualité démocratique : elle confère un sens profond à une démocratie participative à laquelle l’école doit contribuer par son rôle cognitif.

À propos de "La vraie vie à l’école. La psychanalyse à la rencontre des professeurs et de l’école" – Entretien avec Philippe Lacadée

Aux trois impossibles évoqués par Freud, gouverner, éduquer et analyser, cet ouvrage entend ouvrir les voies du « faire désirer » que Lacan y ajoutât et qu’il n’eut de cesse toute sa vie de mettre en œuvre. Un livre qui offre la parole aux enseignants et aux élèves, comme aux spécialistes-passionnés de la langue dans tous ses états et aux professionnels qui ont le souci de l’école, et de ce qui s’y joue pour aujourd’hui et demain. Et un livre que traversent la poésie, la littérature, le cinéma et le théâtre…

A l’école des nouveaux rythmes, par Magali Gaubert

Vue de loin, la réforme des rythmes à l’école élémentaire est un raccourcissement de la journée d’école au profit du mercredi matin. Alléchante, scientifiquement étayée, elle est née d’un consensus recherchant l’efficacité pour le ministère, l’amélioration du côté des syndicats majoritaires, et l’épanouissement de l’enfant du côté de la FCPE. Pourtant elle a rencontré le rejet des instituteurs et de grosses difficultés de mise en œuvre. Magali Gaubert, institutrice, livre ici son point de vue sur cette réforme à ses yeux ratée.

Continuité de l’expérience et théorie de la récapitulation dans la pédagogie de John Dewey, par Sébastien-Akira Alix

L’objet du présent article est de montrer que le principe de continuité de l’expérience qui se trouve au fondement de la théorie pédagogique de John Dewey s’enracine dans une réinterprétation de la théorie de la récapitulation. Avec ce principe de continuité de l’expérience, le philosophe développe de manière récurrente l’hypothèse selon laquelle tout le parcours possible de l’enfant se retrouve dans l’idée simple selon laquelle l’ontogenèse récapitule la phylogenèse : au cours de son développement, l’enfant passe par une série d’étapes qui ont été celles que l’humanité a parcourues dans son histoire.

Syndiquer le contenu